A peine deux semaines

A l’arrivée dans l’ancienne ville de Salida, je découvre que de nombreux cerfs viennent y trouver refuge, fuyant les prédateurs de la montagne: coyotes, renards, aigles et même ours. C’est le moment où les femelles viennent mettre bas et elles préfèrent la proximité humaine qui les protège; encore le monde à l’envers, mais cette fois ci dans un sens qui nous honore.

L’une d’elle vient se reposer après avoir laissé ses petits en lieux sûr; les petits faons ne laissent pas de répit à leur mère dont les paupières alourdies manifestent l’épuisement. L’une d’elle vient faire une petite sieste dans le jardin .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et le soir c’est la joie de découvrir un petit faon d’environ une semaine qui vient de faire des bonds extraordinaires; il est comme monté sur ressort; il attend sa mère qui le regarde. Et moi je le bénis ; saura t il vivre à nouveau dans la montagne loin des humains qui le protègent ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

When I arrive in the old town of Salida, Colorado, I discover that many of the deer come here to find refuge, escaping the predators of the mountains: coyotes, foxes, eagles, and even bears. It’s the time when the females are ready to give birth and they prefer being near humans for protection. Once again, a world of opposites, but this time in a way that honors us as humans.

In the evening I’m overjoyed to discover a little fawn about a week old leaping extraordinary heights; he is like a loaded spring,  waiting for his mother who watches him. I bless him wondering if he will know how to live in the mountains far from the humans who protect him.

 

 One of the deer comes to rest after leaving her babies in a safe place. The fawn don’t leave a moment of respite for their mother, whose heavy eyelids show her exhaustion. One of them comes to take a short nap in the garden.

 

2 thoughts on “A peine deux semaines

  1. Marie-Thérèse Bories

    C’est toujours attractif de voir circuler les animaux sauvages en milieu urbain même si ça peut présenter quelque frayeur comme les ours par ex… Cela est favorisé aux US car il n’y a généralement pas de clôtures entre les parcelles, sensation agréable.
    Un coup de coeur pour ce joli petit faon, déjà d’une belle prestance !
    Juste une question, Maud : n’est-ce pas un cerf qui est sur la 1ère photo ?

Leave a Reply